Poème 'Vocation' de Albert SAMAIN dans 'Symphonie héroïque'

Vocation

Albert SAMAIN
Recueil : "Symphonie héroïque"

Barbare et somptueux brasier de pierreries,
Le sabre, recourbant sa lame d’acier fin,
Fait luire sur la rouge extase d’un coussin
L’efflorescent trésor de ses orfèvreries.

Il chante l’allégresse atroce des tueries ;
La guerre exalte en lui son orgueil assassin ;
Et les pierres, qu’enroule un fastueux dessin,
Chargent son pommeau d’or de lumières fleuries.

Cependant, sous les feux ivres des diamants
Il souffre, consumé d’héroïques tourments ;
Car sa splendeur oisive est vierge encor d’entailles.

Et, sombre, dévoré d’un désir incessant,
Il couve un vieux poignard tordu par cent batailles,
Qui n’a pour tous joyaux qu’une rouille de sang.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Je suis de bel acier, je suis un fier emblème,
    Épée de la noblesse, arme de la grandeur.
    Je fus jadis remise à un grand pourfendeur
    D'équations, de calculs, de courbes, de problèmes.
    *
    Il portait un beau nom, et il eut son baptême
    De polytechnicien en sa jeune splendeur.
    Plus d'un grade en sa vie dont il fut demandeur
    Lui a été donné, même l'honneur suprême,
    *
    Puisque notre patrie en fit son président.
    Il se croit écrivain, ça n'a rien d'évident,
    Je suis, sur ses vieux jours, épée académique.
    *
    Plus qu'un pareil endroit me plairait un placard ;
    Maître, avant de quitter ces lieux sur un brancard,
    Rends-moi au prochain qui entre à Polytechnique.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS