Un Jour Un Poème : chaque jour un nouveau poème et toutes les oeuvres des plus grands poètes

Accueil > Les articles > Écoles et Mouvements

Écoles et Mouvements

09/09/2010

Quelle que soit l’époque, de nombreux poètes, aux convictions communes, qu’elles soient politiques, sociales ou culturelles, et provenant bien souvent du même milieu, se sont regroupés afin tantôt d’influencer l’opinion sur certains sujets d’actualité, tantôt de prendre la défense de la langue française. Certaines de ces formations sont devenues célèbres. Présentations.

Chevauchée de la postérité

La Grande Chevauchée de la Postérité.

École Lyonnaise (XVIe siècle)

Maurice Scève

Maurice Scève, chef de fil de l'école lyonnaise

L’école Lyonnaise n’est pas une école à proprement parlé, mais un regroupement de poètes regroupés à Lyon s’inspirant du grec Platon et de l’italien Pétrarque. Ce mouvement regroupant des humanistes a pour figure de proue Maurice Scève.

Les principaux poètes :

L’école Lyonnaise est le premier regroupement de poètes.

La Pléiade (XVIe siècle)

Ronsard

Ronsard choisit le mot "Pléiade" en 1556

La « Brigade », regroupant des élèves du Collège de Coqueret, va laisser place à la « Pléiade », faisant ainsi allusion au groupe de poètes d’Alexandrie ayant choisi ce nom au IIIe siècle. Les membres de la Pléiade ont pour objectif de lutter contre le « Monstre ignorance » et de s’inspirer des auteurs gréco-romains dans le but de les dépasser. Cherchant à rompre avec la poésie médiévale, ils développent le français en créant de nombreux nouveaux mots. Ils imposent l’alexandrin, l’ode et le sonnet comme des formes poétiques majeures et abordent les quatre principaux thèmes de la poésie élégiaque : l’amour, la mort, la fuite du temps et la nature.

Les 7 poètes :

En savoir plus : La Pléiade

Baroque (fin XVIe à mi-XVIIe siècle)

Scarron

Paul Scarron représente à lui seul le genre burlesque du mouvement baroque

Ce mouvement littéraire (et concernant tous les arts) d’origine italienne débute en France à la mort de Ronsard, et s’étend jusqu’au début du règne de Louis XIV. Le sonnet et les odes pindariques ou anacréontiques y prennent leur essor. Les écrits, exubérants, surchargés et métaphoriques rappellent sans cesse le caractère éphémère de toutes choses. Ainsi, la mort est un sujet prolifique. Les poètes baroques français se veulent libres penseurs, rejetant principes et dogmes, développant une littérature parodique et irrévérencieuse (« burlesque »).

Les principaux poètes :

En savoir plus : Baroque

Préciosité (XVIIe siècle)

Deshoulières

Antoinette Deshoulières, réputées pour ses beaux vers.

Ce mouvement, principalement féminin, cherche à se distinguer de la violence du mouvement baroque aussi bien par la pureté et la délicatesse de son langage que par l’élégance des ses tenues. En avance sur son temps, il rejette la notion alors en vogue de supériorité masculine. Il a profondément modifié l’orthographe française, trop éloignée de la prononciation, en la simplifiant (les femmes ayant moins aisément accès au système scolaire, l’écrit leur est plus compliqué). La création lexicale est à l’honneur : les Précieuses étant pudiques, elles contournent certains mots via des métaphores, périphrases hyperboliques et autres néologismes. Les Précieuses sont à l’origine des Salons littéraires.

Les principaux poètes :

En savoir plus : Précisosité

Classicisme (XVIIe siècle)

La Fontaine

La Fontaine, moralisateur célèbre pour ses Fables

Le classicisme, conséquence de la politique de codification culturelle initiée par Mazarin et Richelieu, va à contre courant du baroque, délaissant l’exagération. Ce mouvement se veut être un retour aux auteurs gréco-romain de l’antiquité. Il cherche la perfection, et insiste sur les notions de Raison, de Morale, de Bienséance et de Vraisemblance.

Les principaux poètes :

En savoir plus : Classicisme

Romantisme (1820 – 1850)

Chateaubriand

Chateaubriand, une des figures centrales du romantisme français

Les romantiques s’opposent diamétralement aux arts des siècles précédents, développant l’expérience de l’individu et réfutant l’aspect fictif. Le « moi » et le « je » y sont revendiqués. Les sentiments, les mystères et le fantastique, le rêve mais aussi la Mélancolie remplacent la Raison.

Les principaux poètes :

En savoir plus : Romantisme

Réalisme (milieu du XIXe siècle)

Maupassant

Guy de Maupassant

Comme le nom de ce mouvement l’indique, le réalisme cherche à décrire la réalité, le vécu. Ce qui y est décrit est vraisemblable et évoqué avec minutie et objectivité. Les descriptions restent néanmoins sommaires.

Les principaux poètes :

En savoir plus : Réalisme

Naturalisme (fin du XIXe siècle)

Ce mouvement est une extension du réalisme, agrémenté de descriptions exhaustives des lieux, places et personnages. Le naturalisme, s’appuyant sur les sciences humaines, cherche à explorer les milieux sociaux, et met bien souvent en avant la misère du monde ouvrier.

Les principaux poètes :

  • Émile Zola
  • J.-K. Huysmans

En savoir plus : Naturalisme

Parnasse (seconde moitié du XIXe siècle)

Théophile Gautier

Théophile Gautier

Le Parnasse doit son nom à la montagne où résidait Apollon et ses neuf muses dans la mythologie grecque. Le mouvement est né avec la parution du recueil « Le Parnasse contemporain » d’Alphonse Lemerre, recueil regroupant les œuvres d’une quarantaine d’auteurs. Le Parnasse recherche la perfection, en faisant de « L’art pour l’art » d’après l’expression de Théophile Gautier. Il cherche ainsi l’impersonnalité (en contradiction avec le romantisme) et rejette tout engagement politique et social. Le Beau est le seul objectif. L’art est sublimé.

Les principaux poètes :

En savoir plus : Parnasse

Symbolisme (fin XIXe siècle)

Mouvement créé en réaction au naturalisme et au Parnasse, il est initié par la poésie de Baudelaire. Réfutant la notion de « science », les symboliste laissent libre cours à la subjectivité. Ainsi, Jean Moréas décrit le symbolisme comme « Ennemie de l’enseignement, de la déclamation, de la fausse sensibilité, de la description objective ». Les symbolistes réfutent l’idée que le monde se limite aux apparences concrètes et à la connaissance rationnelles : il faut déchiffrer ce mystère, cette réalité supérieure.

Paul Verlaine rend hommage au Parnasse dans son recueil « Les Poètes Maudits », dans lequel sont honorés 6 poètes qu’il fréquente : Tristan Corbière, Arthur Rimbaud, Stéphane Mallarmé, Marceline Desbordes-Valmore, Villiers de l’Isle-Adam et Pauvre Lelian (anagramme de Paul Verlaine). Un « poète maudit » désigne aujourd’hui un poète incompris de sa jeunesse, rejetant les valeurs de la société, et mourant avant que son succès ne soit reconnu.

Les poètes précurseurs :

Les maitres :

Arthur Rimbaud

Arthur Rimbaud

Les autres poètes majeurs :

En savoir plus : Symbolisme

Cette liste est bien sûr non exhaustive : il existe de très nombreux mouvements littéraires touchant de près ou de loin l’art de la poésie. Nous pourrions citer l’Humanisme, Les Lumières ou encore le Surréalisme.

Commentaires

  1. cet article est bien rédigé, simple et complet,
    bravo à celui ou celle qui l'a rédigé =D

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto