Poème 'À Eugène Grangé' de Théodore de BANVILLE dans 'Odelettes'

À Eugène Grangé

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Odelettes"

La fille du gai Thespis
Est tout endormie
Et penche son front de lys
Sur sa main blêmie.
Ses Bacchantes aux doux yeux
Ne versent plus le vin vieux ;
Assez de pleurs ! j’aime mieux
L’amour de ma mie.

On dit que nous triomphons !
O gaîté facile,
Où sont tes joyeux bouffons
Venus de Sicile ?
Les grands mots ont effrayé
Ce peuple au manteau rayé
Dont Molière a défrayé
La verve docile !

Mais ta Muse lace encor
A son pied d’albâtre
Le léger brodequin d’or
Qui sied au théâtre.
L’Amour est votre échanson,
Il rit à votre moisson :
Qu’il nous rende la chanson
Rieuse et folâtre !

Que la Comédie au moins
Ait son chant du cygne !
Ah ! sans prendre tant de soins
Pour paraître digne,
Son beau rire était si prompt !
Ami, sans lui faire affront,
Rien ne sied mieux à son front
Qu’un rameau de vigne.

Mai 1855.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS