Poème 'A Jules Claye' de Théodore de BANVILLE dans 'Rimes dorées'

A Jules Claye

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Rimes dorées"

Artiste, votre nom de savant typographe
Emplit tout l’univers de sa belle rumeur;
Mais vous savez aussi, bon poëte et rimeur,
Dompter le blanc cheval qui hennit et qui piaffe.

La Muse a devant vous détaché son agrafe.
Les vers que vous signez: Jules Claye, Imprimeur,
N’égalent pas le charme et la joyeuse humeur
De ceux au bas desquels est mis votre paraphe.

Pour honorer Phoebos, le céleste imposteur,
Vous unissez la plume avec le composteur,
Et de toute façon nous aimons à vous lire.

Maître, vous mariez ainsi, pour nous ravir,
Le plomb victorieux à l’or pur de la Lyre
Et le métier d’Horace au grand art d’Elzévir.

Mars 1875.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto