Poème 'A Pépa' de Alfred de MUSSET dans 'Premières poésies'

A Pépa

Alfred de MUSSET
Recueil : "Premières poésies"

Pépa, quand la nuit est venue,
Que ta mère t’a dit adieu ;
Que sous ta lampe, à demie nue,
Tu t’inclines pour prier Dieu ;

A cette heure où l’âme inquiète
Se livre au conseil de la nuit ;
Au moment d’ôter ta cornette
Et de regarder sous ton lit ;

Quand le sommeil sur ta famille
Autour de toi s’est répandu ;
O Pépita, charmante fille,
Mon amour, à quoi penses-tu ?

Qui sait ? Peut-être à l’héroïne
De quelque infortuné roman ;
A tout ce que l’espoir devine
Et la réalité dément ;

Peut-être à ces grandes montagnes
Qui n’accouchent que de souris ;
A des amoureux en Espagne,
A des bonbons, à des maris ;

Peut-être aux tendres confidences
D’un coeur naïf comme le tien ;
A ta robe, aux airs que tu danses ;
Peut-être à moi, peut-être à rien.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Alfred de MUSSET

Portait de Alfred de MUSSET

Alfred de Musset (né à Paris le 11 décembre 1810 et mort également à Paris le 2 mai 1857) est un poète et un dramaturge français de la période romantique. Lycéen brillant, Alfred de Musset abandonne vite ses études supérieures pour se consacrer à littérature à partir de 1828-1829. Dès l’âge de 17 ans, il fréquente... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto