Poème 'À une promeneuse nue' de Raymond RADIGUET dans 'Les Joues en feu'

À une promeneuse nue

Raymond RADIGUET
Recueil : "Les Joues en feu"

Prends exemple sur la colline
Qui doit accoucher du raisin.
Elle, des feuilles de ses vignes,
Pourrait aussi se contenter.

Pourtant, des châles en gazon,
De la fourrure des buissons,
Des bonnets, des manchons de thym
Où cachent leurs jeux les lapins,

Elle costume sa beauté.
– Et toi, coquette extravagante,
Qui de ta seule peau te gantes,
Avril, tu te crois en été !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Chalet de Piaf-Tonnerre
    ------------------------

    Plus haut, plus haut que les collines,
    Sur un fort nuage d'argent
    Où ne viennent jamais les gens,
    Piaf-Tonnerre est dans sa chaumine.

    Il n'y cultive nul gazon ;
    Il voit ses chevaux qui voltigent
    Et cela n'a rien d'un prodige,
    Fortes sont les ailes qu'ils ont !

    Rieur est le soleil d'été ;
    Il se rafraîchit quand il vente
    Et se met en dérive lente
    Vers le ponant, sans se hâter;

Rédiger un commentaire

Raymond RADIGUET

Portait de Raymond RADIGUET

Raymond Radiguet est un écrivain français, né le 18 juin 1903 à Saint-Maur et mort le 12 décembre 1923 à Paris.
Ainé de sept enfants, il est le fils du dessinateur Maurice Radiguet (1866-1941). Sa mère est Jeanne Marie Louise Tournier (1884-1958). Après l’école communale, il passe l’examen des bourses et entre au... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto