Poème 'Poésie' de Raymond RADIGUET dans 'Les Joues en feu'

Poésie

Raymond RADIGUET
Recueil : "Les Joues en feu"

De son amour noicir les murs,
C’est très difficile à la ville ;
Souvent les murs étant de verre
Aux patineurs je porte envie

Mais me contente de mes vers ;
Seuls les voleurs sont assez riches
Pour inscrire sur la vitrine
Le prénom de leur bien-aimée.

Que ton diamant, Poésie,
Une de ces vitrines raye,
Des bavardes boucles d’oreilles,
J’achète ou vole le silence

Pour en orner de roses lobes.
Patineur, la glace est rompue
(En belle anglaise copiée,
Ma poésie, avec ses pieds).

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Piaf-Tonnerre écrit sur les murs
    Des sonnets à l'encre invisible ;
    Au bout d'un temps leur texte est mûr,
    La lecture est rendue possible.

    Ces contenus sont adressés
    Au piéton qui près du mur passe ;
    Mais malgré le beau ciel d'été,
    Les sonnets le laissent de glace.

    Être lu, ne pas être lu,
    La nuance n'est point minime ;
    Mais d'écrire ceci m'a plu,
    Votre lecture vient en prime.

Rédiger un commentaire

Raymond RADIGUET

Portait de Raymond RADIGUET

Raymond Radiguet est un écrivain français, né le 18 juin 1903 à Saint-Maur et mort le 12 décembre 1923 à Paris.
Ainé de sept enfants, il est le fils du dessinateur Maurice Radiguet (1866-1941). Sa mère est Jeanne Marie Louise Tournier (1884-1958). Après l’école communale, il passe l’examen des bourses et entre au... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto