Poème 'Sur la mort d’une rose' de Raymond RADIGUET

Sur la mort d’une rose

Raymond RADIGUET

Cette rose qui meurt dans un vase d’argile
Attriste mon regard,
Elle paraît souffrir et son fardeau fragile
Sera bientôt épars.

Les pétales tombés dessinent sur la table
Une couronne d’or,
Et pourtant un parfum subtil et palpable
Vient me troubler encor.

J’admire avec ferveur tous les êtres qui donnent
Ce qu’ils ont de plus beau
Et qui, devant la Mort s’inclinent et pardonnent
Aux auteurs de leurs maux,

Et c’est pourquoi penché sur cette rose molle
Qui se fane pour moi,
J’embrasse doucement l’odorante corolle
Une dernière fois.

Poème préféré des membres

IVA et guillaumePrevel ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Dernier sommeil
    ---------------------

    Le corps doit rejoindre l'argile,
    C'est prévu, c'est fatal ;
    Cessant alors d'être fragile,
    Il devient minéral.

    Quelques amis, qui se rassemblent,
    En discutent entre eux :
    Le disparu, par instants, semble
    Participer au jeu.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS