Poème 'L’École du soir' de Raymond RADIGUET dans 'Les Joues en feu'

L’École du soir

Raymond RADIGUET
Recueil : "Les Joues en feu"

Aurore, à nul des cœurs qui saignent,
Ne vas recommander l’école
Où buissonnière on nous enseigne
La douleur plutôt que les jeux.

Un jour, en mousse se déguise
L’espiègle Vénus, et son col
Marin fait le ciel orageux ;
Demain en maîtresse d’école,

Mais marine, non buissonnière.
Ses leçons sont plus à ma guise,
Ignorante, elle qui serait
De ses élèves la dernière !

Vénus charmant les tableaux noirs :
Figure tracée à la craie,
Enfin Vénus s’effacerait,
Ligne à ligne, de nos mémoires.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Apprenants
    --------------

    Merci à Radiguet qui daigne
    Leçon nous faire sur l'école,
    Sur les sujets qu'on y enseigne
    Et comment on y batifole.

    La plus dure, école marine,
    Est cependant la plus joyeuse ;
    Car la maîtresse est une ondine
    Dont la chevelure est soyeuse.

    Prendre des leçons d'Aphrodite
    Est le moyen de bien apprendre ;
    On en accepte les redites
    Sans être sûr de tout comprendre.

    Dans le miroir de pierre noire,
    L'élève inspecte sa tenue
    Pour ne faire honte à la mémoire
    De la belle enseignante nue.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS