Poème 'Colin-maillard' de Raymond RADIGUET dans 'Devoirs de vacances'

Colin-maillard

Raymond RADIGUET
Recueil : "Devoirs de vacances"

Craignons de marcher sur le sable
indiscret plus qu’il ne le faut
Aline poupée incassable
comme elle soyons sans défaut

Un sourire que le vent berce
la tonnelle était son berceau
Un nuage entre deux averses
taquinerait les arbrisseaux

Pas plus grand qu’un mouchoir de poche
futile bandeau sur mes yeux
Paris sans souci des reproches
que me fera quelque envieux

Poème préféré des membres

jpb01 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Raymond l'inspiré
    -----------------------

    Radiguet trace sur le sable
    Des pictogrammes sans défaut ;
    Ça fait des phrases inclassables,
    Belles plus qu'il ne le faut.

    Sur un cumulus il se berce
    (Car un nuage est un berceau) ;
    S'il en descend avec l'averse,
    L'amortiront les arbrisseaux.

    Sa plume n'est pas dans sa poche,
    Le monde est poème à ses yeux ;
    Même, on dit que, parmi ses proches,
    Certains s'en montrent envieux.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS