Poème 'A une tête de mort' de Jules LAFORGUE dans 'Premiers poèmes'

A une tête de mort

Jules LAFORGUE
Recueil : "Premiers poèmes"

Mon frère, d’où ,viens-tu ? Dans quel siècle? Comment?
Que contint le cerveau qui fut dans cette boîte ?
L’Infini douloureux? ou la pensée étroite
Qui fait qu’on vit et meurt sans nul étonnement ?

Chacun presque, ici-bas, suit naturellement,
Sans rien voir au delà du cercle qu’il exploite,
La route de l’instinct si commode et si droite,
Et toi tu fus ainsi jusqu’au dernier moment.

Oui! mais comme eux aussi, à l’heure solennelle,
Ne sachant rien des cieux, ô frère tu partis
Les yeux illuminés de lointains paradis!

Va, ta vie est bien peu, si terrible fut-elle.
Frère! tu crus entrer dans la fête éternelle,
Et rien n’éveillera tes atomes flétris.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto