Poème 'Acrobate' de Louis ARAGON dans 'Feu de joie'

Acrobate

Louis ARAGON
Recueil : "Feu de joie"

Bras en sang Gai comme les sainfoins
L’hyperbole retombe Les mains

Les oiseaux sont des nombres
L’algèbre est dans les arbres
C’est Rousseau qui peignit sur la portée du ciel
cette musique à vocalises

Cent A Cent pour la vie

Qui tatoue

Je fais la roue sur les remparts

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sagesse d'Aragon
    ---------------------

    Barde joyeux pour qui dansait le monde,
    Car tu lisais la langue des oiseaux ;
    Sans nul besoin des flûtes de roseau,
    Tu répandais ta sagesse profonde.

    Barde savant qui comprenais l'algèbre,
    Tu nous montrais les nombres inconnus,
    Tels des danseurs agréablement nus :
    Tels des chevaux, tels de drôles de zèbres.

    Barde amoureux, destructeur de prisons,
    Tu nous séduis par le goût d'une rime,
    Nous oublions l'éternelle déprime
    Et nous chantons la douceur des saisons !

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS