Poème 'Adieu, Paniers' de Théodore de BANVILLE dans 'Odes funambulesques'

Adieu, Paniers

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Odes funambulesques"

Lyre d’argent, gagne-pain trop précaire,
Dont les chansons n’ont qu’un maigre salaire,
Je vous délaisse et je vous dis adieu.
Mieux vaut cent fois jeter nos vers au feu
Et fuir bien loin ce métier de galère.

En vain, ma lyre, à tous vous saviez plaire ;
Vous déplaisez à ce folliculaire
De qui s’enflamme et gronde pour un jeu
L’ire.

Vous n’avez pas, hélas ! de caudataire.
Vous n’enseignez au fond d’aucune chaire
Le japonais, le sanscrit et l’hébreu.
Cédez, ma mie, à ce critique en feu
Dont les arrêts ne peuvent pas se faire
Lire.

Novembre 1845.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS