Poème 'Adieux à Suzon' de Alfred de MUSSET dans 'Poésies nouvelles'

Adieux à Suzon

Alfred de MUSSET
Recueil : "Poésies nouvelles"

Adieu, Suzon, ma rose blonde,
Qui m’as aimé pendant huit jours ;
Les plus courts plaisirs de ce monde
Souvent font les meilleurs amours.
Sais-je, au moment où je te quitte,
Où m’entraîne mon astre errant ?
Je m’en vais pourtant, ma petite,
Bien loin, bien vite,
Toujours courant.

Je pars, et sur ma lèvre ardente
Brûle encor ton dernier baiser.
Entre mes bras, chère imprudente,
Ton beau front vient de reposer.
Sens-tu mon coeur, comme il palpite ?
Le tien, comme il battait gaiement !
Je m’en vais pourtant, ma petite,
Bien loin, bien vite,
Toujours t’aimant.

Paf ! c’est mon cheval qu’on apprête.
Enfant, que ne puis-je en chemin
Emporter ta mauvaise tête,
Qui m’a tout embaumé la main !
Tu souris, petite hypocrite,
Comme la nymphe, en t’enfuyant.
Je m’en vais pourtant, ma petite,
Bien loin, bien vite,
Tout en riant.

Que de tristesse, et que de charmes,
Tendre enfant, dans tes doux adieux !
Tout m’enivre, jusqu’à tes larmes,
Lorsque ton coeur est dans tes yeux.
A vivre ton regard m’invite ;
Il me consolerait mourant.
Je m’en vais pourtant, ma petite,
Bien loin, bien vite,
Tout en pleurant.

Que notre amour, si tu m’oublies,
Suzon, dure encore un moment ;
Comme un bouquet de fleurs pâlies,
Cache-le dans ton sein charmant !
Adieu ; le bonheur reste au gîte,
Le souvenir part avec moi :
Je l’emporterai, ma petite,
Bien loin, bien vite,
Toujours à toi.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS