Poème 'Amour, lors que premier ma franchise fut morte' de Etienne de LA BOETIE dans 'Vers françois'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Etienne de LA BOETIE > Amour, lors que premier ma franchise fut morte

Amour, lors que premier ma franchise fut morte

Etienne de LA BOETIE
Recueil : "Vers françois"

Amour, lors que premier ma franchise fut morte,
Combien j’avois perdu encor je ne sçavoy,
Et ne m’advisoy pas, mal sage, que j’avoy
Espousé pour jamais une prison si forte.

Je pensoy me sauver de toy en quelque sorte,
Au fort m’esloignant d’elle ; et maintenant je voy
Que je ne gaigne rien à fuir devant toy,
Car ton traict en fuyant avecques moy j’emporte.

Qui a veu au village un enfant enjoué,
Qui un baston derriere à un chien a noué,
Le chien d’estre battu par derriere estonné,

Il se vire et se frappe, et les enfans joyeux
Rient qu’il va, qu’il vient, et fuyant parmy eulx
Ne peut fuir les coups que luymesme se donne.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Ce poème est assez bizarre à mon goût, les mots sont ... assez différent en soit.
    Ce poète n'était pas tourmenté ?

  2. Étienne, as-tu donc cru ta liberté morte ?
    En amour elle croît, Tiennot, si tu savais !
    Cette âme solitaire, ainsi que tu l'avais,
    Pour cet amour devient et plus grande et plus forte.

    Tu as doublé ton coeur, Étienne, en quelque sorte,
    Ainsi t'éprenant d’elle ; et ce n'est pas mauvais.
    Que voulais-tu lui dire en disant "Je m'en vais" ?
    Son portrait en fuyant avec toi tu emportes.

    Au lieu de t'appliquer à des jeux solitaires,
    Tu partages tes jours, tu n'es plus seul sur terre :
    Au début, tes amis furent bien étonnés.

    Ils en sont maintenant satisfaits et joyeux.
    Profite de ta vie sur terre, parmi eux,
    Avec ce bel amour que le Ciel t'a donné.

  3. Oh! bien tourné, Monsieur Cochonfucius!

Rédiger un commentaire

Etienne de LA BOETIE

Portait de Etienne de LA BOETIE

Étienne de La Boétie, né à Sarlat le 1er novembre 1530 et mort à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux le 18 août 1563, était un écrivain français. Fils d’un lieutenant particulier du sénéchal du Périgord, et d’une famille de magistrats, Étienne de la Boétie grandit dans un milieu éclairé.... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto