Poème 'Ô l’ai je dict ? helas ! l’ai je songé ?' de Etienne de LA BOETIE dans 'Vingt neuf sonnetz'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Etienne de LA BOETIE > Ô l’ai je dict ? helas ! l’ai je songé ?

Ô l’ai je dict ? helas ! l’ai je songé ?

Etienne de LA BOETIE
Recueil : "Vingt neuf sonnetz"

Ô l’ai je dict ? helas ! l’ai je songé ?
Ou si, pour vrai, j’ai dict blaspheme telle ?
Ça, faulce langue, il faut que l’honneur d’elle,
De moi, par moi, desus moy, soit vangé.

Mon coeur chez toi, ô Madame, est logé :
Là donne lui quelque geine nouvelle,
Fais luy souffrir quelque peine cruelle ;
Fais, fais lui tout, fors lui donner congé.

Or seras tu (je le sçai) trop humaine,
Et ne pourras longuement voir ma peine.
Mais un tel faict, faut il qu’il se pardonne ?

A tout le moings, hault je me desdiray
De mes sonnetz, et me desmentiray :
Pour ces deux faux, cinq cent vrais je t’en donne.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Etienne de LA BOETIE

Portait de Etienne de LA BOETIE

Étienne de La Boétie, né à Sarlat le 1er novembre 1530 et mort à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux le 18 août 1563, était un écrivain français. Fils d’un lieutenant particulier du sénéchal du Périgord, et d’une famille de magistrats, Étienne de la Boétie grandit dans un milieu éclairé.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto