Poème 'J’allois seul remaschant mes angoisses passes' de Etienne de LA BOETIE dans 'Vers françois'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Etienne de LA BOETIE > J’allois seul remaschant mes angoisses passes

J’allois seul remaschant mes angoisses passes

Etienne de LA BOETIE
Recueil : "Vers françois"

J’allois seul remaschant mes angoisses passes :
Voici (Dieux destournez ce triste mal-encontre !)
Sur chemin d’un grand loup l’effroyable rencontre,
Qui, vainqueur des brebis de leur chien delaissees,

Tirassoit d’un mouton les cuisses despecees,
Le grand deuil du berger. Il rechigne et me monstre
Les dents rouges de sang, et puis me passe contre,
Menassant mon amour, je croy, et mes pensees.

De m’effrayer depuis ce presage ne cesse :
Mais j’en consulteray sans plus à ma maistresse.
Onc par moy n’en sera pressé le Delphien.

Il le sçait, je le croy, et m’en peut faire sage :
Elle le sçait aussi, et sçait bien d’avantage,
Et dire, et faire encor et mon mal et mon bien.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Archiduc de gueules
    _________________

    De gueules, l’archiduc est homme du passé,
    Il garde souvenir de charmantes rencontres
    Et des marques d’amour qu’en ces cas l’on démontre ;
    À présent qu’il est vieux, le voici délaissé,

    Par son corps tourmenté, par son temps dépassé,
    Restant, des jours entiers, sans remonter sa montre ;
    Les temps nouveaux, c’est sûr, il n’a vraiment rien contre,
    Mais les neiges d’antan recouvrent ses pensées.

    D’y retourner en songe un vieil homme ne cesse :
    Il revoit le corps nu des anciennes maîtresses,
    Il fleurit chaque année le tombeau de son chien.

    Il est devenu calme, à défaut d’être sage :
    Ses chevaux fatigués le sont bien davantage.
    Ne ruminant pour eux ni le mal, ni le bien.

Rédiger un commentaire

Etienne de LA BOETIE

Portait de Etienne de LA BOETIE

Étienne de La Boétie, né à Sarlat le 1er novembre 1530 et mort à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux le 18 août 1563, était un écrivain français. Fils d’un lieutenant particulier du sénéchal du Périgord, et d’une famille de magistrats, Étienne de la Boétie grandit dans un milieu éclairé.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto