Poème 'Je tremblois devant elle, et attendois, transi' de Etienne de LA BOETIE dans 'Vingt neuf sonnetz'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Etienne de LA BOETIE > Je tremblois devant elle, et attendois, transi

Je tremblois devant elle, et attendois, transi

Etienne de LA BOETIE
Recueil : "Vingt neuf sonnetz"

Je tremblois devant elle, et attendois, transi,
Pour venger mon forfaict quelque juste sentence,
A moi mesme consent du poids de mon offence,
Lors qu’elle me dict : « Va, je te prens à merci.

Que mon loz desormais par tout soit esclarci :
Emploie là tes ans, et, sans plus, meshuy pence
D’enrichir de mon nom par tes vers nostre France,
Couvre de vers ta faulte, et paie moi ainsi. »

Sus donc, ma plume ! Il faut, pour jouir de ma peine,
Courir par sa grandeur d’une plus large veine.
Mais regarde à son oeil, qu’il ne nous abandonne.

Sans ses yeux, nos espritz se mourroient languissants :
Ilz nous donnent le coeur, ilz nous donnent le sens :
Pour se payer de moy, il faut qu’elle me donne.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Tiennot, ça te va bien, d'être amoureux transi !
    Dans cet état, tu crées de charmantes sentences
    Où ne flottent jamais le mépris ni l'offense ;
    Tu sais que la beauté ne t'est pas sans merci.

    Par tes vers est ce monde assez bien éclairci ;
    Tu manies avec charme une langue qui pense
    Et qui chante l'amour aux beaux jardins de France,
    Heureux qui, par bonheur, peut s'exprimer ainsi !

    Heureux qui dit ces mots sans douleur et sans peine,
    Un aussi bon rimeur a vraiment de la veine !
    Que sa muse jamais cet homme n'abandonne ;

    Que jamais ne devienne un tel coeur languissant,
    Mais qu'il reste bien rouge, et vivant, et puissant,
    Et solides les vers que sa plume nous donne.

  2. Beau!!! Cochonfucius!

Rédiger un commentaire

Etienne de LA BOETIE

Portait de Etienne de LA BOETIE

Étienne de La Boétie, né à Sarlat le 1er novembre 1530 et mort à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux le 18 août 1563, était un écrivain français. Fils d’un lieutenant particulier du sénéchal du Périgord, et d’une famille de magistrats, Étienne de la Boétie grandit dans un milieu éclairé.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto