Poème 'J’ay fait preuve des deux, meshuy je le puis dire' de Etienne de LA BOETIE dans 'Vers françois'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Etienne de LA BOETIE > J’ay fait preuve des deux, meshuy je le puis dire

J’ay fait preuve des deux, meshuy je le puis dire

Etienne de LA BOETIE
Recueil : "Vers françois"

J’ay fait preuve des deux, meshuy je le puis dire :
Sois je pres, sois je loing, tant mal traicté je suis,
Que choisir le meilleur à grand’ peine je puis,
Fors que le mal present me semble tousjours pire.

Las ! en ce rude choix que me fault il eslire ?
Quand je ne la voy point, les jours me semblent nuits ;
Et je sçay qu’à la voir j’ai gaigné mes ennuis :
Mais deusse-je avoir pis, de la voir je desire.

Quelque brave guerrier, hors du combat surpris
D’un mosquet, a despit que de pres il n’aist pris
Un plus honeste coup d’une lance cogneue :

Et moy, sachant combien j’ay par tout enduré,
D’avoir mal pres et loing je suis bien asseuré ;
Mais quoy ! s’il faut mourir, je veux voir qui me tue.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Etienne de LA BOETIE

Portait de Etienne de LA BOETIE

Étienne de La Boétie, né à Sarlat le 1er novembre 1530 et mort à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux le 18 août 1563, était un écrivain français. Fils d’un lieutenant particulier du sénéchal du Périgord, et d’une famille de magistrats, Étienne de la Boétie grandit dans un milieu éclairé.... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto