Poème 'Je veux qu’on sçache au vray comme elle estoit armee' de Etienne de LA BOETIE dans 'Vers françois'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Etienne de LA BOETIE > Je veux qu’on sçache au vray comme elle estoit armee

Je veux qu’on sçache au vray comme elle estoit armee

Etienne de LA BOETIE
Recueil : "Vers françois"

Je veux qu’on sçache au vray comme elle estoit armee
Lors qu’elle print mon coeur au dedans de son fort,
De peur qu’à ma raison on n’en donne le tort,
Et de m’avoir failli qu’elle ne soit blasmee.

Sa douceur, sa grandeur, ses yeulx, sa grace aimee,
Fut le reng qui premier fit sur moy son effort ;
Et puis de ses vertus un autre reng plus fort,
Et son esprit, le chef de ceste grande armee.

Qu’eusse-je fait tout seul ? je me suis laissé prendre ;
Mais à son esprit seul je me suis voulu rendre.
C’est celuy qui me print, qui à son gré me méne,

Qui de me faire mal a eu tant de pouvoir :
Mais puis qu’il faut souffrir, je me tiens fier d’avoir
Une si grand’ raison d’une si grande peine.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Etienne de LA BOETIE

Portait de Etienne de LA BOETIE

Étienne de La Boétie, né à Sarlat le 1er novembre 1530 et mort à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux le 18 août 1563, était un écrivain français. Fils d’un lieutenant particulier du sénéchal du Périgord, et d’une famille de magistrats, Étienne de la Boétie grandit dans un milieu éclairé.... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto