Poème 'Antigone' de Albert SAMAIN dans 'Symphonie héroïque'

Antigone

Albert SAMAIN
Recueil : "Symphonie héroïque"

L’Homme, puni des dieux parce qu’il a trouvé,
Pareil en sa misère à l’époux de Jocaste,
Marche de siècle en siècle et, las du ciel néfaste,
Demande chaque soir s’il n’est pas arrivé.

Mais, guidant son bâton qui se heurte aux pavés,
Sa fille près de lui glisse, voilée et chaste,
Et, fidèle, accompagne, ainsi qu’un pur constraste,
L’antique désespoir dont les yeux sont crevés.

Par les villes de pierre et par les longs faubourgs
Ils vont ; tendant la main, le soir, aux carrefours,
La vierge aux cils blonds chante, et demande l’aumône ;

Et rien n’est plus sacré que le vieux roi sans yeux,
Qui vient à nous du fond des temps mystérieux,
Dont l’âme peut souffrir encore et s’en étonne,

Et que soutient toujours la divine Antigone.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Très vieux livres
    ----------------

    Très antiques bouquins, par grand hasard trouvés,
    Du fait que ce jour-là pour la chose était faste,
    Vous rejoindrez bientôt l’enchevêtrement vaste
    Des volumes formant un grand tas de pavés.

    Vous ouvrirez les cieux à mon coeur entravé,
    Lui montrant des amours impudiques ou chastes,
    Des fondeurs de vitraux et des iconoclastes,
    Des nefs ayant en mer longuement dérivé.

    Vous narrerez aussi les drames des faubourgs,
    Les rhapsodes chantant au coin d’un carrefour
    Et l’infortune, aussi, de la grande licorne ;

    Quoi de plus familier que ce plaisir des yeux ?
    C’est un festin, pourtant, qui comblerait les dieux :
    C’est le sort des humains, l’aventure sans bornes.

Rédiger un commentaire

Albert SAMAIN

Portait de Albert SAMAIN

Albert Samain, né à Lille le 3 avril 1858, mort à Magny-les-Hameaux le 18 août 1900, est un poète symboliste français. Son père étant décédé alors qu’il n’avait que 14 ans, il dut interrompre ses études pour gagner sa vie et devint employé de commerce. Vers 1880, il fut envoyé à Paris, où il décida de rester.... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto