Poème 'Impossibilité de l’infini en hosties' de Jules LAFORGUE dans 'Des Fleurs de bonne volonté'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules LAFORGUE > Impossibilité de l’infini en hosties

Impossibilité de l’infini en hosties

Jules LAFORGUE
Recueil : "Des Fleurs de bonne volonté"

Ô lait divin! potion assurément cordiale
À vomir les gamelles de nos aujourd’huis !
Quel bon docteur saura décrocher ta timbale
Pour la poser sur ma simple table de nuit,
Un soir, sans bruit?

J’ai appris, et tout comme autant de riches langues
Les philosophies et les successives croix;
Mais pour mener ma vie au Saint-Graal sans gangue,
Nulle n’a su le mot, le Sésame-ouvre-toi,
Clef de l’endroit.

Oui, dilapidé ma jeunesse et des bougies
À regalvaniser le fond si enfantin
De nos plus immémoriales liturgies,
Et perdu à ce jeu de purs et sûrs instincts,
Tout mon latin.

L’Infini est à nos portes! à nos fenêtres !
Ouvre, et vois ces Nuits Loin, et tout le Temps avec!
Qu’il nous étouffe donc! puisqu’il ne saurait être
En une hostie, une hostie pour nos sales becs,
Ah ! si à sec !….

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto