Poème 'Banalité' de Charles CROS dans 'Le collier de griffes'

Banalité

Charles CROS
Recueil : "Le collier de griffes"

L’océan d’argent couvre tout
Avec sa marée incrustante.
Nous avons rêvé jusqu’au bout
Le legs d’un oncle ou d’une tante.

Rien ne vient. Notre cerveau bout
Dans l’Idéal, feu qui nous tente,
Et nous mourons. Restent debout
Ceux qui font le cours de la rente.

Etouffé sous les lourds métaux
Qui brûlèrent toute espérance,
Mon coeur fait un bruit de marteaux.

L’or, l’argent, rois d’indifférence
Fondus, puis froids, ont recouvert
Les muguets et le gazon vert.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Livre magique
    -----------------

    Un livre qui parle de tout :
    Ça, c’est une chose épatante ;
    Voir le réel par tous les bouts,
    Saisir les choses importantes,

    C’est beau ! C’est excellent ! C’est fou.
    De plus, les pages sont vivantes,
    Elles grandissent d’un seul coup,
    Au gré des retouches fréquentes.

    Des érudits se lèvent tôt
    Pour y enregistrer leur science ;
    Comme les salles d’un château,

    Les feuillets de ce livre immense
    Les uns sur les autres ouverts :
    Quel beau reflet de l’Univers !

Rédiger un commentaire

Charles CROS

Portait de Charles CROS

Charles Cros, né à Fabrezan (Aude) le 1er octobre 1842, originaire d’une famille de Lagrasse (Aude) et mort à Paris le 9 août 1888, est un poète et inventeur français. Passionné de littérature et de sciences, il fut un temps, de 1860 à 1863, professeur de chimie à l’Institut parisien des Sourds-Muets, avant de se... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto