Poème 'Lucilia Caesar' de guillaumePrevel

Lucilia Caesar

guillaumePrevel

Voilà que Jupiter le petit
De nouveau à vue d’œil rapetisse
Il recule, et se trouve à nouveau au bord du précipice
En implorant à l’aide ses succubes amis

Les voltigeurs, les démons noirs corrompus
Qui depuis longtemps ont vendu leur âme
Pour faire couler le sang de Brest à Paname
Signant au prix de la trahison, le pacte bien connu

Alors, Jupiter le petit fiévreusement sourit
En voyant s’ouvrir un temps de sursis, une noire éclaircie
Pour sortir de sa tanière, de l’impasse et de l’ornière

En s’élevant comme après Sarrebruck telle une mouche à merde
Haranguant ses patrouillotes au son soporifique de sa voix de curé
Sans voir que se dessine un petit Sedan où il sera détroussé.

14 décembre 2019

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS