Poème 'Bouche usée' de Paul ÉLUARD dans 'Mourir de ne pas mourir'

Bouche usée

Paul ÉLUARD
Recueil : "Mourir de ne pas mourir"

Le rire tenait sa bouteille
À la bouche riait la mort
Dans tous les lites où l’on dort
Le ciel sous tous les corps sommeille

Un clair ruban vert à l’oreille
Trois boules une bague en or
Elle porte sans effort
Une ombre aux lumières pareille

Petite étoile des vapeurs
Au soir des mers sans voyageurs
Des mers que le ciel cruel fouille

Délices portées à la main
Plus douce poussière à la fin
Les branches perdues sous la rouille.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le barde offre à sa muse un peu d'une bouteille,
    Il trinque à la santé de tous ses copains morts ;
    Pour cela, pas très tard, notre muse s'endort
    Et le barde, lui-même, à sa table sommeille.

    Les propos des buveurs amusent ses oreilles ;
    Il leur dit : « Compagnons, ce soir vous parlez d'or. »
    Leur esprit, cependant, n'est pas plein à ras bord,
    Proposant, chaque soir, des histoires pareilles.

    Dans l'auberge envahie par les sombres vapeurs
    Des alcools que le bar propose aux voyageurs,
    Cherchant l'inspiration, le barde creuse et fouille,

    Les feuilles de papier noircissent sous sa main
    (À moins que ce ne soient des bouts de parchemin) ;
    Sa plume, à grands efforts, d'un vers se dépatouille.

Rédiger un commentaire

Paul ÉLUARD

Portait de Paul ÉLUARD

Paul Éluard, de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel (14 décembre 1895 à Saint-Denis – 18 novembre 1952 à Charenton-le-Pont ), est un poète français. C’est à l’âge de vingt et un ans qu’il choisit le nom de Paul Éluard, hérité de sa grand-mère, Félicie. Il adhère au dadaïsme et est l’un des... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto