Poème 'Canicule' de guillaumePrevel

Canicule

guillaumePrevel

Etrange et étouffante chaleur estivale,
Où l’enfer déploie son arsenal infernal

Ici et là, sur le bitume brûlant qui fume, de petits moineaux
Ouvrent grands leurs petits becs pour implorer de l’eau

Dès, les premières heures de la fournaise matinale,
Ils invoquent la pluie, de leur esprit pur d’animal.

ô combien, mon âme est triste pour toutes ces pauvres bêtes
Qui tendent la langue, souffrent et haletent

Alors, chaque jour sur le bord de mes fenêtres
Je dispose, pour leur sauvegarde et leur bien-être

De petites coupelles d’eau très fraîche
Pour soulager un peu, leur souffrance et leurs gorges sèches.

09 Août 2020

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS