Poème 'Centaures éblouis' de guillaumePrevel

Centaures éblouis

guillaumePrevel

Dans les bois encore silencieux
Où la brume fébrilement s’évanouit
Avancent en rangs épais des centaures éblouis
Par le lent coucher d’un soleil frileux

Les chiens accourent devant eux encore tout excités
En meute désordonnée, en aboyant
Devant ces hommes violents aux habits encore tachés du sang
De leur victime, tout juste abandonnée à l’infâme curée

Ce crime odieux et lâche où la cruauté
Est élevée au rang de tradition, d’art et de beauté
Lorsqu’il n’est simplement question que de souffrance et de mort

Voila pourquoi ces consanguins abrutis
Par la nostalgie d’un temps maudit
Par le peuple, font partie des étrons de ce monde!

12 Janvier 2019

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS