Poème 'Chanson d’amour' de Théodore de BANVILLE dans 'Les stalactites'

Chanson d’amour

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Les stalactites"

Si je l’dis à l’alouette,
L’alouette le dira.
La violett’ se double, double,
La violett’ se doublera.
Ronde.

Qui veut avant le point du jour,
Vers le bien-aimé de mon âme,
Parce que je languis d’amour,
Porter le secret de ma flamme ?

O mon cœur, à quel cœur discret
Peux-tu te confier encore ? -
Si l’alouette a mon secret,
Elle ira le dire à l’Aurore.

Le désir de son javelot
A percé mon cœur qui se brise. -
Si je dis mon secret au flot,
Le flot l’ira dire à la brise.

Un frisson glisse sur mon col,
Et glace ma lèvre déclose. -
Si je le dis au rossignol,
Il ira le dire à la rose.

Qui donc saura le supplier
De finir mes peines mortelles ? -
Si je le dis au blanc ramier,
Il l’ira dire aux tourterelles.

Je me ploie ainsi qu’un roseau
Et ma beauté penche flétrie. -
Si je le dis au bleu ruisseau,
Il l’ira dire à la prairie.

Vous qui voyez mon désespoir,
Flots, ailes, brises des montagnes ! -
Si je le dis à mon miroir,
Il l’ira dire à mes compagnes.

Parce que je languis d’amour,
Vous qui voyez que je me pâme, -
Allez, allez de ce séjour
Vers le bien-aimé de mon âme !

Juillet 1844.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS