Poème 'Chanson d’amour' de Théodore de BANVILLE dans 'Les stalactites'

Chanson d’amour

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Les stalactites"

Si je l’dis à l’alouette,
L’alouette le dira.
La violett’ se double, double,
La violett’ se doublera.
Ronde.

Qui veut avant le point du jour,
Vers le bien-aimé de mon âme,
Parce que je languis d’amour,
Porter le secret de ma flamme ?

O mon cœur, à quel cœur discret
Peux-tu te confier encore ? -
Si l’alouette a mon secret,
Elle ira le dire à l’Aurore.

Le désir de son javelot
A percé mon cœur qui se brise. -
Si je dis mon secret au flot,
Le flot l’ira dire à la brise.

Un frisson glisse sur mon col,
Et glace ma lèvre déclose. -
Si je le dis au rossignol,
Il ira le dire à la rose.

Qui donc saura le supplier
De finir mes peines mortelles ? -
Si je le dis au blanc ramier,
Il l’ira dire aux tourterelles.

Je me ploie ainsi qu’un roseau
Et ma beauté penche flétrie. -
Si je le dis au bleu ruisseau,
Il l’ira dire à la prairie.

Vous qui voyez mon désespoir,
Flots, ailes, brises des montagnes ! -
Si je le dis à mon miroir,
Il l’ira dire à mes compagnes.

Parce que je languis d’amour,
Vous qui voyez que je me pâme, -
Allez, allez de ce séjour
Vers le bien-aimé de mon âme !

Juillet 1844.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto