Poème 'Chant royal pour une guitare qui tonne' de Orange84

Accueil > Les membres > Page de poésie de Orange84 > Chant royal pour une guitare qui tonne

Chant royal pour une guitare qui tonne

Orange84

Voici le roi du rock, sa démarche subtile
Et ses riffs étonnants qui vous laissent pantois ;
Chuck Berry le pionnier, tel un canard gracile,
Montre les gestes sûrs de ces faux maladroits ;
Le chanteur est criard, sa figure est notoire
Mais sa musique crée un nouveau territoire ;
Le son de ce temps-là prend un ton novateur
Par des élans joyeux dans toute leur splendeur,
Secouant l’Amérique et le simple autochtone.
Les sens à fleur de peau, sans reproches, sans peur,
Écoutez tout à coup la guitare qui tonne.

Jimi Hendrix le grand lance sa main habile
Dessus son instrument au rythme de ses doigts,
Envoyant tous ses sons, l’accord qui se faufile,
Plantant son corps debout tel un dieu d’autrefois.
La musique s’envole, écrivant une histoire,
Comme un chant différent, comme une échappatoire.
Dans les champs de Woodstock, des refrains en fureur
Rechantent sans arrêt la quête du bonheur
Alors, face au public, le ciel bleu qui s’étonne
Se met à dire aussi dans l’élan de son cœur :
Écoutez tout à coup la guitare qui tonne.

Puis Jimmy Page arrive avec son style habile,
Laissant les gens ravis par des morceaux de choix ;
Avec Led Zeppelin, une époque défile,
Un temps de création et l’étonnante voix
Du chanteur Robert Plant affrontant l’auditoire
Résonnent aujourd’hui du fond de la mémoire.
Virtuose avant tout mais accompagnateur
De musiciens divers ou du simple chanteur,
Jimmy saura marquer son temps comme personne.
S’excitant sous les cieux avec un ton rageur,
Écoutez tout à coup la guitare qui tonne.

Éric Clapton est là, jouant d’un air fébrile,
Et les Cream inspirés ont des airs de vrais rois ;
Le style est flamboyant et le blues est fertile ;
Les improvisations, les solos très adroits,
Ont des airs bien souvent de chant incantatoire,
D’un puissant fond sonore ouvrant sa trajectoire ;
Le riff époustouflant, le simple accord majeur,
Le rythme déchaîné, l’éclatante lueur,
Encensent sans arrêt la scène qui bourdonne.
Voyez le virtuose, l’artiste imprécateur,
Écoutez tout à coup la guitare qui tonne.

Keith Richards et Jeff Beck s’en viennent dans la file,
BB King, Van Halen pèsent de tout leur poids
Comme un puissant tonnerre envahissant la ville
En portant leur révolte et leurs nouveaux émois.
Allman, Pete Townsend, gagnent aussi la gloire,
Offrant leurs cris stridents, leur bouillant répertoire.
Chacun a mis son cœur, son âme et sa couleur,
Dans ce vingtième siècle où s’éleva l’horreur.
Loin de ces jours enfuis, un autre hymne frissonne
Et nous redit sans fin, l’esprit stimulateur :
Écoutez tout à coup la guitare qui tonne.

Princes curieux de tout, à l’esprit fouineur,
Entendez tous les sons d’un vrai maître-joueur ;
Face au vieux musicien qui souvent s’époumone,
Regardez ces deux mains jonglant avec ardeur,
Écoutez tout à coup la guitare qui tonne.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS