Poème 'Charniers' de guillaumePrevel

Charniers

guillaumePrevel

De ma vie, je bannis toute crainte
Etant bien sûr de revenir
Un de ces prochains jours

Mon espérance est réelle et non feinte
Je prie simplement de ne jamais souffrir
Et que le poids des ans soit bien moins lourd

Pas à pas; je regarde devant moi
Ce gouffre affreux et dégueulant
Auquel je me refuse tout entier

Préférant m’élever par dessus les toits
En une fumée légère de bois brûlant
Pour m’épargner les outrages des infâmes charniers.

4 JANVIER 2015

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS