Poème 'Comme on passe en été le torrent sans danger' de Joachim DU BELLAY dans 'Les antiquités de Rome'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Comme on passe en été le torrent sans danger

Comme on passe en été le torrent sans danger

Joachim DU BELLAY
Recueil : "Les antiquités de Rome"

Comme on passe en été le torrent sans danger,
Qui soulait en hiver être roi de la plaine,
Et ravir par les champs d’une fuite hautaine
L’espoir du laboureur et l’espoir du berger :

Comme on voit les couards animaux outrager
Le courageux lion gisant dessus l’arène,
Ensanglanter leurs dents, et d’une audace vaine
Provoquer l’ennemi qui ne se peut venger :

Et comme devant Troie on vit des Grecs encor
Braver les moins vaillants autour du corps d’Hector :
Ainsi ceux qui jadis soulaient, à tête basse,

Du triomphe romain la gloire accompagner,
Sur ces poudreux tombeaux exercent leur audace,
Et osent les vaincus les vainqueurs dédaigner.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Les auteurs du passé, plus sages que Nestor,
    Ont la ruse d'Ulysse et le grand coeur d'Hector.
    Pour nous, gens maladroits, les chances sont bien basses,

    Sur de pareils sommets, de les accompagner.
    Nous pouvons, cependant, admirer leur audace ;
    L'exemple des anciens n'est point à dédaigner.

  2. Bien dit, Cochonfucius!

  3. Ornithologie transcendantale
    --------------------------------

    Observons les oiseaux, sauvons-les du danger ;
    Rapace de montagne et passereau de plaine,
    Leur plumage en hiver vaut un habit de laine,
    Leurs aériens troupeaux se gardent sans berger.

    De ce qu’on les observe, ils ne sont outragés ;
    Jamais le vaste ciel pour eux n’est une arène,
    Jamais on ne les voit, par une audace vaine,
    Contre nous se défendre, ou vouloir se venger.

    Oiseaux du firmament, plus sages que Nestor,
    Vigilants comme Ulysse et vaillants comme Hector,
    Pour nous, gens maladroits, cette terre est bien basse.

    Sur de pareils sommets, de vous accompagner,
    Nous pouvons, cependant, en posséder l’audace ;
    L’exemple des oiseaux n’est point à dédaigner.

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS