Poème 'Complainte du roi de Thulé' de Jules LAFORGUE dans 'Les Complaintes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules LAFORGUE > Complainte du roi de Thulé

Complainte du roi de Thulé

Jules LAFORGUE
Recueil : "Les Complaintes"

Il était un roi de Thulé,
Immaculé,
Qui, loin des jupes et des choses,
Pleurait sur la métempsychose
Des lys en roses,
Et quel palais!

Ses fleurs dormant, il s’en allait,
Traînant des clés,
Broder aux seuls yeux des étoiles
Sur une tour, un certain Voile
De vive toile,
Aux nuits de lait!

Quand le voile fut bien ourlé,
Loin de Thulé,
Il rama fort sur les mers grises,
Vers le soleil qui s’agonise,
Féerique Eglise!
Il ululait:

« Soleil-crevant, encore un jour,
Vous avez tendu votre phare
Aux holocaustes vivipares,
Du culte qu’ils nomment l’Amour.

« Et comme, devant la nuit fauve,
Vous vous sentez défaillir,
D’un dernier flot d’un sang martyr
Vous lavez le seuil de l’Alcôve!

« Soleil! Soleil! moi je descends
Vers vos navrants palais polaires,
Dorloter dans ce Saint-Suaire
Votre cœur bien en sang,
En le berçant! »

Il dit, et, le Voile étendu,
Tout éperdu,
Vers les coraux et les naufrages,
Le roi raillé des doux corsages,
Beau comme un Mage
Est descendu!

Braves amants! aux nuits de lait,
Tournez vos clés!
Une ombre, d’amour pur transie,
Viendrait vous gémir cette scie :
« Il était un roi de Thulé
Immaculé… »

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Arbre d’un vieux royaume
    ------------

    Cet arbre fut planté par un dauphin très doux,
    Un jour où le soleil fit voler la poussière.
    Au prince, un paysan vint offrir de la bière,
    Un vieillard d’Armorique avec des cheveux roux.

    Le royaume, pourtant, s’effondrait de partout,
    Car il avait perdu sa puissance guerrière ;
    Et l’archevêque en vain se mettait en prière,
    Ce calice devait être bu jusqu’au bout.

    Sur le parc du château planaient de noirs nuages
    Et le chant des oiseaux cessait d’être joyeux ;
    La reine languissait, le roi se faisait vieux.

    Où sont dorénavant leur jeunesse sauvage,
    La fougue de leurs corps et l’éclat de leurs yeux ?
    Or, de ce nouvel arbre ils aiment le feuillage.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS