Poème 'Crépuscule' de Paul ÉLUARD dans 'Le Devoir et l'Inquiétude'

Crépuscule

Paul ÉLUARD
Recueil : "Le Devoir et l'Inquiétude"

Ce n’est pas la nuit, c’est la lune. Le ciel, doux comme un bol de lait, te fait sourire, vieil amoureux.

Et tu me parles d’eux. Ils ornent ton esprit, ils ornent ta maison, ils ornent notre vie.

Mon ami, ils sont trop : père, mère, enfants, femme, à n’être pas heureux.

Pourtant, ton rêve est calme, et je calcule trop.

Poème préféré des membres

EnfantdeNovembre et moebiusnadia ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Méditation (loin du jardin)
    ----------------------------

    Ce n'est pas l'inspiration quotidienne, c'est l'intrusion d'un nuage nocturne.

    Le ciel montre-t-il une vraie douceur, et puis, le pourrait-il ?

    Innombrables maisons, demeures de presque néant,
    millions de petits objets familiers !

    Mais nous posons nos regards sur le firmament empoussiéré d'étoiles
    sachant que nous contemplerons, toi et moi, la même lune.

    Calculer n'est point la Voie.

    Ce qui mérite d'être pensé, percevons-le tout simplement.

    Comme on admire la forme d'un nuage.

Rédiger un commentaire

Paul ÉLUARD

Portait de Paul ÉLUARD

Paul Éluard, de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel (14 décembre 1895 à Saint-Denis – 18 novembre 1952 à Charenton-le-Pont ), est un poète français. C’est à l’âge de vingt et un ans qu’il choisit le nom de Paul Éluard, hérité de sa grand-mère, Félicie. Il adhère au dadaïsme et est l’un des... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto