Poème 'Dimanches (Mon Sort est orphelin)' de Jules LAFORGUE dans 'Des Fleurs de bonne volonté'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules LAFORGUE > Dimanches (Mon Sort est orphelin)

Dimanches (Mon Sort est orphelin)

Jules LAFORGUE
Recueil : "Des Fleurs de bonne volonté"

Mon Sort est orphelin, les Vêpres ont tu leurs cloches….
Et ces pianos qui ritournellent, jamais las !….
Oh! monter, leur expliquer mon apostolat!
Oh ! du moins, leur tourner les pages, être là,
Les consoler! (J’ai des consolations plein les poches)….

Les pianos se sont clos. Un seul, en grand deuil, s’obstine….
Oh ! qui que tu sois, sœur ! à genoux, à tâtons,
Baiser le bas de ta robe dans l’abandon !….
Pourvu qu’après, tu me chasses, disant : « Pardon !
« Pardon, m’sieu! mais j’en aime un autre, et suis sa cousine !»

Oh! que je suis bien infortuné sur cette Terre!….
Et puis si malheureux de ne pas être Ailleurs !
Ailleurs, loin de ce savant siècle batailleur….
C’est là que je m’ créerai un petit intérieur,
Avec Une dont, comme de Moi, Tout n’a que faire.

Une maigre qui me parlait,
Les yeux hallucinés de Gloires virginales,
De rendre l’âme, sans scandale,
Dans un flacon de sels anglais…..
Une qui me fit oublier
Mon art et ses rançons d’absurdes saturnales,
En attisant, gauche vestale,
L’Aurore dans mes oreillers….

Et que son regard
Sublime
Comme ma rime
Ne permît pas le moindre doute à cet égard.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto