Poème 'Double Ballade pour les bonnes Gens' de Théodore de BANVILLE dans 'Trente-six ballades joyeuses'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théodore de BANVILLE > Double Ballade pour les bonnes Gens

Double Ballade pour les bonnes Gens

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Trente-six ballades joyeuses"

Le temps où j’accorde ces rimes
Est meilleur pour le financier
Que pour les vertus magnanimes.
Je regarde négocier
Au milieu d’un luxe princier
Tous les gens de sac et de corde,
Le traitant, le juif et l’huissier:
Dieu fasse aux bons miséricorde!

Muse, quittons les blanches cimes
Où nous osions balbutier.
Parlons crédit, report et primes!
Le sort ne se veut soucier
Que du changeur et du boursier;
Partout la haine et la discorde;
Les coeurs sont de neige et d’acier,
Dieu fasse aux bons miséricorde!

C’en est fait des strophes sublimes!
Le réalisme et l’art grossier
Sont venus pour punir nos crimes.
Le fils d’Homère est besacier.
Le biographe carnassier
N’a pas de répit qu’il ne morde;
Tartuffe veut officier:
Dieu fasse aux bons miséricorde!

Basile a quatre pseudonymes.
Je vois Judas paperassier
Vendre son Dieu pour des centimes.
O doux Orphée, un épicier
Dont la police a le dossier
Parle morale avec sa horde
Et vient pour te supplicier.
Dieu fasse aux bons miséricorde!

Mais quoi! tant que tu nous animes,
Génie, ô maître, ô justicier,
Reprenons les savantes limes!
Puisque notre cher devancier
Nous verse le suc nourricier,
Que l’enthousiasme déborde!
Reviens, Amour, divin sorcier!
Dieu fasse aux bons miséricorde!

Art, Pensée, ô blanches victimes,
Cygnes qu’on veut asphyxier,
Ne tombez pas vers les abîmes!
Pégase ailé, brillant coursier,
Viens! Que pour nous initier
Cypris renaisse, et qu’elle torde
Ses cheveux d’or sur le glacier!
Dieu fasse aux bons miséricorde!

Mai 1869.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto