Poème 'Épitaphe d’Alfred Dehodencq' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

Épitaphe d’Alfred Dehodencq

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

Notre Alfred Dehodencq est là, sublime artiste.
Créateur toujours jeune et prêt à l’action,
Il peignit l’Orient de pourpre et d’améthyste,
Les combats de l’Histoire et de la Passion.

Jusqu’au dernier moment gardant sa foi première,
Il eut en lui le sens de l’humaine douleur,
Et pour l’extasier dans la pure lumière
Il sut faire pleurer et chanter la Couleur.

Son fils Edmond, en qui revivait son génie,
A sculpté, plein d’amour, avec un doigt savant,
Cette image où revit sa pensée infinie
Et sa tête inspirée et son regard vivant.

Tous deux voient à présent la vie où rien ne change.
Ils se sont réveillés dans la clarté des cieux
Avec Emmanuel, Armand et ce doux ange
La petite Marie aux yeux mystérieux.

Ceux qui restent, le fils, la mère endolorie,
Savent qu’ils sont vainqueurs de l’oubli meurtrier
Et, fière de ces deux artistes, la Patrie
Leur tend, silencieuse, un rameau de laurier.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS