Poème 'Eponge pourrie' de Jules LAFORGUE dans 'Premiers poèmes'

Eponge pourrie

Jules LAFORGUE
Recueil : "Premiers poèmes"

Je sens que j’ai perdu l’Art, ma dernière idole,
Le Beau ne m’émeut plus d’un malade transport,
Maintenant c’est fini, car avec l’Art s’envole
Cette extase où parfois le noir Dégoût s’endort.

Trente siècles d’ennui pèsent sur mon épaule
Et concentrent en moi leur rage, leur remord,
Mes mains ont désappris le travail qui console,
Pas un jour où, tremblant, je ne songe à la mort.

Et je vais enviant l’lnstinct des multitudes,
Je me traîne énervé d’immenses lassitudes,
Altéré de néant et n’espérant plus rien.

Pourtant tu bats toujours, cœur que le Spleen dévore!
Si tu pouvais, du moins, en retrouver encore
De ces larmes d’enfant qui me font tant de bien!

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Chansons d'hier
    -------------------

    Reviennent les chansons entendues à l'école,
    Dont, derechef, mon âme éprouve des transports.
    Le grand Hymne à la joie vers l'horizon s'envole
    Et, près de l'Océan, la Bretagne s'endort.

    Compère Guilleri se fait arboricole,
    Le Père Lustucru vole un chat, sans remords ;
    La bergère rencontre un gars qui la console,
    Malbrouck a des soldats pour annoncer sa mort.

    Chansons, vous qui avez charmé les multitudes,
    Vous qui avez vaincu de lourdes lassitudes,
    J'aime vos constructions bâties sur trois fois rien.

    Les ombres du passé, que vos vers commémorent,
    Le soir en mon jardin viennent danser encore ;
    Toujours les mêmes mots ; et c'est clair, et c'est bien.

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto