Poème 'Et j’irai le long de la mer éternelle' de Jean MORÉAS dans 'Les Cantilènes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean MORÉAS > Et j’irai le long de la mer éternelle

Et j’irai le long de la mer éternelle

Jean MORÉAS
Recueil : "Les Cantilènes"

Et j’irai le long de la mer éternelle
Qui bave et gémit en les roches concaves,
En tordant sa queue en les roches concaves ;
J’irai tout le long de la mer éternelle.

Je viendrai déposer, ô mer maternelle,
Parmi les varechs et parmi les épaves,
Mes rêves et mon orgueil, mornes épaves,
Pour que tu les berces, ô mer maternelle.

Et j’écouterai les cris des alcyons
Dans les cieux plombés et noirs comme un remords,
Leurs cris dans le vent aigu comme un remords.

Et je pleurerai comme les alcyons,
Et je cueillerai, triste jusqu’à la mort,
Les lys des sables pâles comme la mort.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Dans le dernier tercet, le narrateur imite le cri de l'alcyon, car il espère en capturer un pour le dévorer.

    Il ignore encore que le goût n'en est pas fort agréable.

Rédiger un commentaire

Jean MORÉAS

Portait de Jean MORÉAS

Ioánnis A. Papadiamantópoulos (en grec : Ιωάννης Α. Παπαδιαμαντόπουλος), dit Jean Moréas, né à Athènes le 15 avril 1856 et mort à Saint-Mandé (Seine) le 30 avril 1910, est un poète symboliste grec d’expression française. Issu d’ une famille distinguée d’ Athènes, fils de magistrat,... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto