Poème 'Exposante' de Théodore de BANVILLE dans 'Sonnailles et Clochettes'

Exposante

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Sonnailles et Clochettes"

Le jour où, dans l’ambition
D’orner la ville déjà verte,
A Paris, l’Exposition
Universelle s’est ouverte,

Cependant que l’on voyait sur
Notre ciel qui n’est plus morose
Briller les coupoles d’azur,
Un humoriste dit à Rose:

Toi, dont on adore à genoux
Les cils et la paupière blonde,
Vois, nous centralisons chez nous
Toutes les merveilles du monde.

Nous avons les pays charmants,
Toutes les Indes et les Chines,
Les vertigineux diamants,
Les peintures et les machines.

Pour oublier les maux subis,
Nous avons des fêtes hautaines;
La chrysoprase et les rubis
Coulent dans le flot des fontaines.

Soeur de la sage Dalila,
Sur nos glorieux territoires
Chacun apporte ce qu’il a,
Des ors, des argents, des ivoires.

Eiffel (on ne saurait nier
Qu’il gagnera de fortes sommes)
Expose une tour, et Garnier
Les habitations des hommes.

Qui donc sous les feuillages verts
Expose dans l’air qui frissonne?
Tous les mortels de l’univers.
Et qui donc est absent? Personne.

Mais toi, Rose, dont les desseins
Ont un appétit grandiose;
Toi qui sur les bouts de tes seins
Laisses voir des boutons de rose;

Toi qui, ne craignant aucun choc,
Sembles superbement taillée
A coups de ciseaux dans le roc,
Et pourtant, si bien détaillée;

Toi, délice et régal du jour,
Dont la robe, sans que tu puisses
L’en empêcher, avec amour
Dessine ton ventre et tes cuisses;

Femme dont les cheveux épars
Sur ton épaule et sur tes hanches
Roulent à flots de toutes parts,
Comme de noires avalanches;

Triomphe adorable et vermeil,
Etre à la blancheur liliale,
Dont la lèvre brille au soleil
Comme une pourpre impériale;

Toi, Rose, ange, femme et bandit,
Charmeresse aux regards de flamme,
Qu’exposeras-tu donc? — Moi? dit
Rose, j’exposerai — mon âme!

14 mai 1889.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Lézards de lézardes
    -----------------------

    L'art du lézard est ambigu,
    Est-ce assortir sa couleur verte
    À mon jardin trop exigu,
    Ou méditer, la bouche ouverte ?

    Je crois que c'est aimer l'air pur
    Et ne jamais être morose,
    Ainsi qu'un enfant de l'azur
    Qui sourit à la belle rose.

    Le lézard a de beaux genoux
    Pour mieux ramper dans l'herbe blonde ;
    Comme les meilleurs 'entre nous,
    Il est indifférent au monde.

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto