Poème 'Femme' de dutaillyphilippe

Femme

dutaillyphilippe

Quand enfin j’aurais appris à regarder ma vie,
depuis sa majuscule jusqu’à son point final,
comme la longue phrase racontant mes envies
et qui me reviendront en images d’Epinal,

Quand je te lirai ainsi que mon histoire
et t’aimerai plus fort que la mort sera proche,
que planera sur nous l’ombre du crématoire
qui annihilera tous nos anciens reproches,

Lorsque mon visage aux rides descendantes
sera celui des bontés de la reconnaissance
envers ta présence qui me fut abondante
tel un soleil d’été redonnant la naissance,

Alors, je te dirai les mots de mes sourires,
en t’embrassant le cou en guise d’épithème,
et nos maux mal vécus ne pourront que guérirent.
Ces mots tendres et forts sont “ femme que je t’aime ”.

18/04/1986

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS