Poème 'Franciscæ meæ laudes' de Charles BAUDELAIRE dans 'Les Épaves'

Franciscæ meæ laudes

Charles BAUDELAIRE
Recueil : "Les Épaves"

VERS COMPOSÉS POUR UNE MODISTE ÉRUDITE
ET DÉVOTE

Novis te cantabo chordis,
O novelletum quod ludis
In solitudine cordis.

Esto sertis implicata,
O femina delicata,
Per quam solvuntur peccata !

Sicut beneficum Lethe,
Hauriam oscula de te,
Quæ imbuta es magnete.

Quum vitiorum tempestas
Turbabat omnes semitas,
Apparuisti, deitas,

Velut stella salutaris
In naufragiis amaris.
— Suspendam cor tuis aris !

Piscina plena virtutis,
Fons æternæ juventutis,
Labris vocem redde mutis !

Quod erat spurcum, cremasti ;
Quod rudius, exæquasti ;
Quod debile, confirmasti !

In fame mea taberna,
In nocte mea lucerna,
Recte me semper guberna.

Adde nunc viris viribus,
Dulce balneum suavibus
Unguentatum odoribus !

Meos circa lumbos mica,
O castitatis lorica,
Aqua tincta seraphica ;

Patera gemmis corusca,
Panis salsus, mollis esca,
Divinum vinum, Francisca !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sur un nouvel air je te chante,
    Toi qui t'amuses, débutante
    En ce désert que mon coeur hante.

    Et sur toi guirlandes soient mises,
    À toi qui es la femme exquise
    Par qui les fautes sont remises.

    Comme au fleuve des amnésiques,
    Je bois de tes baisers magiques
    Qui ont un pouvoir magnétique.

    Quand du vice, en calamité,
    Les sentiers furent agités
    Tu apparus, divinité,

    Comme une étoile salutaire
    Sur des nageurs dans l'onde amère :
    J'offre mon coeur à ta lumière.

    Par tes vertus en abondance
    Et ta fontaine de jouvence
    Tu nous délivres du silence.

    Au feu tu as mis le bois mort,
    Tu as poli mon rude corps,
    Le faible, tu l'as rendu fort.

    Toi, pour ma soif une taverne
    Et dans ma nuit une lanterne,
    Que justement tu me gouvernes.

    Ma force, tu la raffermis
    Dans le bain tiède où se sont mis
    Les arômes les plus choisis.

    Ta bénédiction m'environne
    Et ta pureté me couronne
    De tout ce que les anges donnent.

    Tu es la coupe étincelante,
    Le meilleur pain qui m'alimente,
    Françoise, la plus enivrante.

Rédiger un commentaire

Charles BAUDELAIRE

Portait de Charles BAUDELAIRE

Charles Pierre Baudelaire est un poète français, né à Paris le 9 avril 1821 et mort le 31 août 1867 à Paris. Il est l’un des poètes les plus célèbres du XIXe siècle : en incluant la modernité comme motif poétique, il a rompu avec l’esthétique classique ; il est aussi celui qui a popularisé le poème en... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto