Poème 'Grédelu' de Théodore de BANVILLE dans 'Odes funambulesques'

Grédelu

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Odes funambulesques"

Naguères j’ai vu Grédelu
Représenter un jeune singe.
Au fond du grand bois chevelu
Naguères j’ai vu Grédelu.
Ce soir-là, certes, il a plu
Sans l’éclat trompeur du beau linge.
Naguères j’ai vu Grédelu
Représenter un jeune singe.

Décembre 1845.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS