Poème 'Hortorum Deus (II)' de José-Maria de HEREDIA dans 'Les Trophées'

Hortorum Deus (II)

José-Maria de HEREDIA
Recueil : "Les Trophées"

Hujus nam domini colunt me Deumque salutant.
CATULLE.

Respecte, ô Voyageur, si tu crains ma colère,
Cet humble toit de joncs tressés et de glaïeul.
Là, parmi ses enfants, vit un robuste aïeul ;
C’est le maître du clos et de la source claire.

Et c’est lui qui planta droit au milieu de l’aire
Mon emblème équarri dans un coeur de tilleul ;
Il n’a point d’autres Dieux, aussi je garde seul
Le verger qu’il cultive et fleurit pour me plaire.

Ce sont de pauvres gens, rustiques et dévots.
Par eux, la violette et les sombres pavots
Ornent ma gaine avec les verts épis de l’orge ;

Et toujours, deux fois l’an, l’agreste autel a bu,
Sous le couteau sacré du colon qui l’égorge,
Le sang d’un jeune bouc impudique et barbu.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS