Poème 'Un peintre' de José-Maria de HEREDIA dans 'Les Trophées'

Un peintre

José-Maria de HEREDIA
Recueil : "Les Trophées"

A Emmanuel Lansyer.

Il a compris la race antique aux yeux pensifs
Qui foule le sol dur de la terre bretonne,
La lande rase, rose et grise et monotone
Où croulent les manoirs sous le lierre et les ifs.

Des hauts talus plantés de hêtres convulsifs,
Il a vu, par les soirs tempétueux d’automne,
Sombrer le soleil rouge en la mer qui moutonne ;
Sa lèvre s’est salée à l’embrun des récifs.

Il a peint l’Océan splendide, immense et triste,
Où le nuage laisse un reflet d’améthyste,
L’émeraude écumante et le calme saphir ;

Et fixant l’eau, l’air, l’ombre et l’heure insaisissables,
Sur une toile étroite il a fait réfléchir
Le ciel occidental dans le miroir des sables.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Autour de la lune
    ---------------------

    La lune est survolée par deux monstres pensifs
    Dont la conversation est en langue bretonne ;
    Le contenu en est bien terne et monotone,
    Car nos deux compagnons sont des êtres poussifs.

    Ils éclatent parfois d'un rire compulsif,
    Comme des écoliers retrouvant en automne
    Un maître plein d'humour, dont l'esprit les étonne,
    Et qu'ils vont savourant son verbe corrosif.

    Ils pensent que le ciel est trop immense, et triste ;
    Ils le préféreraient revêtu d'améthyste,
    Ou bien, à la rigueur, de quelques beaux saphirs.

    Volez sans vous lasser, monstres insaisissables ;
    Bavardez en breton sous le grand ciel de sable,
    Qu'ici ne parcourt point le printanier zéphir.

  2. Petit lion-chevalier
    ----------------------

    Sur la piste pierreuse, il chemine, pensif,
    En se remémorant des légendes bretonnes ;
    Le paysage est terne et presque monotone,
    À peine y croise-t-on un vieux mulet poussif.

    Le chevalier n’a pas de gestes compulsifs,
    Il est rempli de paix, comme un arbre en automne,
    Prédateur plein d’humour, dont l’esprit nous étonne,
    Chevalier bien tranchant, petit lion corrosif.

    Il croit que le désert est trop immense, et triste ;
    Il le préférerait avec de vertes pistes
    Ou bien, à la rigueur, des bases de loisirs.

    Marche sans te lasser, héros insaisissable ;
    La trace te suivra de tes pieds dans le sable,
    Effacée cependant par un traître zéphir.

Rédiger un commentaire

José-Maria de HEREDIA

Portait de José-Maria de HEREDIA

José-Maria de Heredia (né José María de Heredia Girard 1842-1905) est un homme de lettres d’origine cubaine, naturalisé français en 1893. En tant que poète, c’est un des maîtres du mouvement parnassien, véritable joaillier du vers. Son œuvre poétique est constituée d’un unique recueil, « Les... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto