Poème 'Il en est des gens' de marisolle

Il en est des gens

marisolle

Il en est des gens

comme des pieuvres.

S’accrochant à nous

comme bouée de sauvetage,

ne nous laissant ni répit,

ni repos.

Ne savent pas faire,

ne savent pas dire,

mais s’accrochent

à nous comme

misère sur le pauvre monde.

ne savent que gronder,

comme tonnerre en été,

comme enfant affolé.

Ils nous prennent votre vie,

nos années,

ces années que nous voyons

passer sans rien dire,

accrochés à nous,

ils empêchent tout mouvement,

toute révolte.

Nous crions,

ils ne nous entendent pas,

nous hurlons,

ils hurlent plus fort encore.

Quoi que nous fassions,

leurs tentacules,

sans nombre,

nous serrent de plus

en plus fort.

ne savent que gémir,

contre tout,

qu’on ne les aime pas assez,

qu’ils ne savent pas

mais que nous,

nous savons et nous pouvons,

toujours faire à leur place.

Ils ont leur regard tourné

uniquement vers eux-mêmes,

ne sachant pas aimer,

tout leur est dû

et de « jamais assez » ne sont

jamais rassasiés

Alors, nous prenons la fuite,

mais ils nous rattrapent

et avec leur air malheureux,

nous prenons pitié et….

ils en des gens

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS