Poème 'Inch’Allah' de FAB

Inch’Allah

FAB

C’est à se demander s’il y a dans ma tête,
comme dans les montres de collection,
un système de complication.

Peut-être que tu as bien fait
de tout me raconter,
il ne faut pas croire que je m’en tire bien, tu sais,
une seule nuit et des années à retourner ça
dans ma tête,
à vivre avec
ce poids sur ma poitrine,
cette honte,
cette envie de vomir à chaque fois,
tu crois que c’est facile ?

Les chiens continuent à gémir,
à appeler de leurs aboiements
la liberté,
la nourriture,
le sang.

Faut-il qu’il y ait
toujours une menace,
toujours une présence,
la possible violence d’une attaque ?

Je dois certainement avoir ma part de responsabilité.

Inch’Allah, tu as raison,
mais tais-toi
sinon tout ira mal.

Pas maintenant.

ça y est
presque.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS