Poème 'J’écoute dans la nuit' de Jules LAFORGUE dans 'Premiers poèmes'

J’écoute dans la nuit

Jules LAFORGUE
Recueil : "Premiers poèmes"

J’écoute dans la nuit rager le vent d’automne,
Sous les toits gémissants combien de galetas
Où des mourants songeurs que n’assiste personne
Se retournant sans fin sur de vieux matelas
Écoutent au dehors rager le vent d’automne.

Sonne, sonne pour eux, vent éternel, ton glas !
Au plus chaud de mon lit moi je me pelotonne
Oui! je ferme les yeux, je veux rêver, si las,
Que je suis dans l’azur, au haut d’une colonne
Seul, dans un blanc déluge éternel de lilas.

Mais zut! j’entends encor rager ce vent d’automne.
Messaline géante, oh! ne viendras-tu pas
M’endormir sur tes seins d’un ron-ron monotone
Pour m’emporter, bien loin, sur des grèves, là-bas
Où l’on n’entend jamais jamais le vent d’automne.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto