Poème 'Je fumais tout en mon fort soupirer' de Pontus de TYARD dans 'Les erreurs amoureuses'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pontus de TYARD > Je fumais tout en mon fort soupirer

Je fumais tout en mon fort soupirer

Pontus de TYARD
Recueil : "Les erreurs amoureuses"

Je fumais tout en mon fort soupirer,
Si chaudement, que le froid de son coeur
Se distilla ; et l’ardente vigueur
Lui fit d’Amour un soupir respirer.

Mes yeux aussi, coutumiers d’attirer
A leurs ruisseaux tant de triste liqueur,
Amollissaient toute dure rigueur,
Dont me soulait ma dame martyrer.

Quand comme émue au soin de mon souci,
Me bienheurant de piteuse merci,
Merci, fin seule à mes dolents ennuis,

 » Ami, dit-elle en visage amoureux,
Je mettrai fin à tes jours langoureux,
Pour commencer tes bienheureuses nuits. « 

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Deux cosmos
    ----------

    Deux univers peuvent interférer,
    C’est peu fréquent, la chose est hasardeuse ;
    Une frontière alors devient poreuse,
    Vous passerez, si vous le désirez

    Vers l’autre monde un chercheur attiré
    A traversé la muraille brumeuse ;
    Il observa de façon rigoureuse
    Comment ce mur vint à se déchirer.

    Croyant atteindre un pays sans souci,
    Il découvrit un terroir sans merci ;
    Il lui fallut prudemment se conduire.

    A-t-il là-bas trouvé une amoureuse ?
    Lui offrit-on des boissons savoureuses ?
    Ses souvenirs à son retour s’enfuirent.

Rédiger un commentaire

Pontus de TYARD

Portait de Pontus de TYARD

Pontus de Tyard (ou de Thiard), seigneur de Bissy, est un écrivain et poète français, né le 20 avril 1521 à Bissy-sur-Fley dans le Chalonnais et mort le 23 septembre 1605 au château de Bragny-sur-Saône. Né à Bissy-sur-Fley en 1521, d’une maison noble de Bourgogne, Pontus de Tyard aura su au cours de sa longue vie... [Lire la suite]

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS