Poème 'O calme nuit, qui doucement compose' de Pontus de TYARD dans 'Les erreurs amoureuses'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pontus de TYARD > O calme nuit, qui doucement compose

O calme nuit, qui doucement compose

Pontus de TYARD
Recueil : "Les erreurs amoureuses"

Ô calme nuit, qui doucement compose
En ma faveur l’ombre mieux animée,
Qu’onque Morphée en sa salle enfumée
Peignit du rien de ses métamorphoses !

Combien heureux les oeillets et les roses
Ceignaient le bras de mon âme épâmée,
Affriandant une langue affamée
Du paradis de deux lèvres décloses !

Lorsque Phébus, laissant sa molle couche,
Se vint moquer de mes bras, de ma bouche,
Et de sa soeur, la lumière fourchue !

Ah que boiteux d’une poussive haleine
Soient ses chevaux, et ne cueille sa peine
Qu’un fruit amer de la vierge branchue !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Deux univers
    -----------------

    En pleine nuit, le loup d’argent compose
    Un chant sonore aux couplets animés ;
    Une sirène, en l’entendant rimer,
    Attend qu’en prince il se métamorphose.

    Chanter voudrait le lapin, mais il n’ose :
    Il craint, du loup, le gosier affamé.
    Il veut quitter ce sable mal famé
    Pour l’argent pur, où le canard se pose.

    Hurle, grand loup, de toute ton haleine :
    Tu prendras bien ainsi une baleine
    Si jusqu’ici elle vient en nageant.

    Deux univers, sans porte qui débouche
    De l’un vers l’autre, on ne sait s’ils se touchent,
    Argent sur sable et sable sur argent.

Rédiger un commentaire

Pontus de TYARD

Portait de Pontus de TYARD

Pontus de Tyard (ou de Thiard), seigneur de Bissy, est un écrivain et poète français, né le 20 avril 1521 à Bissy-sur-Fley dans le Chalonnais et mort le 23 septembre 1605 au château de Bragny-sur-Saône. Né à Bissy-sur-Fley en 1521, d’une maison noble de Bourgogne, Pontus de Tyard aura su au cours de sa longue vie... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS