Poème 'J’ai tant crié, ô douce Mort, renverse' de Pontus de TYARD dans 'Les erreurs amoureuses'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pontus de TYARD > J’ai tant crié, ô douce Mort, renverse

J’ai tant crié, ô douce Mort, renverse

Pontus de TYARD
Recueil : "Les erreurs amoureuses"

J’ai tant crié, ô douce Mort, renverse
Avec ce corps mon grief tourment sous terre,
Que je me sens presque finir la guerre
De l’espérance à mon désir diverse.

Vois, Dame, vois, que les pleurs que je verse,
Et les soupirs ardents, que je déserre
Hors de mon coeur, et le trait qui m’enferre,
Veulent finir si dure controverse.

Mes pleurs ont ja tant d’humeur attiré,
Et mes soupirs tant d’ardeur respiré,
Et tant de sang ce trait m’a fait répandre,

Que sans humeur, chaleur, ou sang encore,
Ce peu d’esprit qui m’est resté t’adore
En ce corps sec, froid, pâle, et presque en cendres.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Pontus de TYARD

Portait de Pontus de TYARD

Pontus de Tyard (ou de Thiard), seigneur de Bissy, est un écrivain et poète français, né le 20 avril 1521 à Bissy-sur-Fley dans le Chalonnais et mort le 23 septembre 1605 au château de Bragny-sur-Saône. Né à Bissy-sur-Fley en 1521, d’une maison noble de Bourgogne, Pontus de Tyard aura su au cours de sa longue vie... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS